Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

L'usage du français au Liban a franchi largement les frontières de la littérature proprement dite. Par goût sans doute, par nécessité politique aussi, de nombreux Libanais se sont illustrés comme essayistes. La presse a connu au Liban un essor considérable. La dissidence a beaucoup gagné à cette contribution résolue des élites.

Après la publication de son recueil La maison des champs1, Michel Chiha (1891-1954) abandonne la poésie pour se consacrer à son quotidien, Le Jour, dont il est le fondateur et l'éditorialiste. Poète, journaliste, moraliste et banquier, il s'impose surtout comme essayiste. Sept ouvrages (Essais I et Essais IIPlain-chantPalestineVisage et présence du LibanPolitique intérieurePropos d'économie libanaise2) disent sa . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Enregistrement