Accueil > Rubriques > Le livre jamais lu > Au nom de tous les miens de Martin Gray

Micheline Duff

Au nom de tous les miens de Martin Gray

De nos jours, on visite le camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau en silence. Comment se frotter à l'insoutenable sans une boule dans la gorge ? Ces baraques, ces barbelés, ce chemin de fer sur lequel les locomotives, pendant la Seconde Guerre mondiale, déversaient leur bétail humain qu'on dirigeait directement vers les chambres à gaz sous prétexte de leur faire prendre une douche. Comment oublier ces contenants remplis de cheveux, boucles d'or, tresses ou mèches grises, ces milliers de paires de souliers usés, immobilisés brutalement sur le chemin du destin ? Un destin innommable fabriqué de main d'hommes

Je suis revenue de Varsovie confuse et écœurée. Les grandeurs de l'humanité n'ont d'égales que les horreurs qu'elle peut produire. J'ai perdu la foi en elle, elle est capable des pires ignominies, il n'y a, d'ailleurs, qu'à écouter les nouvelles à la télé chaque jour... J'ai eu envie de me réfugier dans ma bulle . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 13 octobre 2007 à 12 h 58 | Mis à jour le 9 avril 2015 à 16 h 17