Accueil > Commentaires de lecture > Essai > TRAVAILLEURS DU SEXE

Michel Dorais

TRAVAILLEURS DU SEXE

VLB, Montréal, 2003
103 pages
16,95 $

Les travailleurs du sexe sont loin de partager une vision commune de leur métier. Alors que l’un d’eux affirme que «dans le fond t’es la poubelle de la société », un autre dira : « [C]’est sûrement la façon que j’ai eue de gagner ma vie la plus amusante et la plus créative ». La conclusion qu’en tire Michel Dorais, « il y a presque autant de types de prostitution que d’individus qui s’y adonnent », s’impose comme la seule valable.

Quarante hommes (prostitués de rue, danseurs et escortes) ont répondu aux interrogations de Michel Dorais et de son équipe. Refusant de « faire la critique ou l’apologie de la prostitution masculine », l’auteur se sert des informations recueillies pour décrire les enjeux majeurs du métier en question, pour définir les ressemblances et les différences entre ceux qui le pratiquent. Quatre scénarios de vie se dessinent ; chacun, minutieusement expliqué, est accompagné du récit d’une expérience, celle d’un jeune homme dont on a tracé le portrait.

Le livre, composé de neuf chapitres, aborde les aspects les plus importants de la prostitution masculine : un survol de son histoire, un aperçu des dangers que ces hommes rencontrent et des problèmes reliés à la protection contre les maladies transmises sexuellement (les clients admettant mal de devoir utiliser des préservatifs), jusqu’au peu d’aide qu’ils obtiennent lorsqu’ils en éprouvent le besoin.

Appuyé par un style clair et précis, Travailleurs du sexe saura intéresser un large public, même les lecteurs peu familiers aux études sociales. Ceux qui voudront en savoir davantage pourront consulter les nombreuses références données par l’auteur. Un détail de moindre importance vaut d’être souligné ici : la couverture du livre, simple mais signifiante, est de très bon goût.

Publié le 1 octobre 2003 à 11 h 45 | Mis à jour le 11 novembre 2014 à 14 h 44