Accueil > Commentaires de lecture > Essai > UN QUÉBEC FOLKLORIQUE

Numéro 114

Serge Gauthier

UN QUÉBEC FOLKLORIQUE

ESSAIS SUR LA FOLKLORISATION TRANQUILLE DE CHARLEVOIX ET DU QUÉBEC

Du Québécois, Québec, 2008
25 $

Les éditions du Québécois sont un organisme à but non lucratif dont le mandat premier vise à promouvoir la souveraineté du Québec. Ouvertement engagé, ce recueil d’essais s’inscrit parfaitement dans le cadre des activités militantes de la maison. Docteur en ethnologie, Serge Gauthier est un spécialiste de l’œuvre du folkloriste Marius Barbeau et de l’histoire de Charlevoix. Sous le signe de l’éclectisme, il a réuni ici des articles de revues, des billets publiés dans les journaux, des actes de colloques qui traitent autant d’histoire, de cinéma, de télévision que de littérature. L’auteur démontre comment l’attitude de nombreux artistes et intellectuels, en regard de l’héritage culturel québécois, a pour effet de nuire à la construction de notre identité nationale. C’est d’ailleurs avec conviction qu’il soutient l’idée selon laquelle la tradition folklorique se voit souvent exposée à des interprétations erronées et galvaudées. Aussi, il accuse certains universitaires d’hier et d’aujourd’hui d’avoir produit des études parfois exemptes de véritable rigueur scientifique et d’une connaissance adéquate du terrain, mais surtout d’avoir défendu des thèses qui présentaient le folklore sous un angle privilégiant l’idéal du multiculturalisme canadien. Gauthier se prononce également en défaveur de l’image caricaturée transmise par les médias au sujet des régions situées à l’extérieur de Montréal. À cet égard, il attire l’attention sur le manque de téléromans offrant des intrigues inspirées du monde rural. Dans le chapitre de clôture, il montre de quelle manière, à travers les réécritures qu’il a subies, le roman Menaud, maître-draveur de Félix-Antoine Savard est passé d’un récit pénétré par un message fortement patriotique à un texte représentant l’idéologie nationaliste sur un mode plus folklorique. En somme, Gauthier nomme, sans prendre de détour, les facteurs qui, à son avis, mènent à une « folklorisation » du folklore et nuisent ainsi à l’épanouissement de la société québécoise. Même si les idées véhiculées dans cet ouvrage tendent à se répéter par moments, plusieurs passages apportent des réflexions pertinentes et courageuses concernant l’état de la culture au Québec.

Publié le 22 mars 2009 à 12 h 05 | Mis à jour le 28 décembre 2014 à 18 h 51