Harold Gagné

VIVRE

Libre Expression, Montréal, 2008
270 pages
27,95 $

Peu avant son anniversaire de naissance, Monique Lépine reçoit un touchant présent de son fils. En lui remettant son cadeau de fête, un disque finement choisi, le grand gaillard de 25 ans lui réclame un baiser en ces mots : « Tu peux m'embrasser ». Jamais le jeune homme, un être secret et renfermé, n'avait permis à sa mère de le cajoler.

Ce fut la dernière fois que la femme vit son enfant : quatre jours plus tard, Marc Lépine faisait irruption à l'École Polytechnique de Montréal et assassinait quatorze jeunes femmes avant de retourner son arme contre lui-même.

Le 6 décembre 1989 a marqué l'histoire du Québec. Débats féministes sur la violence des hommes, répliques masculinistes et saga du registre des armes à feu ont quelque peu masqué le drame personnel que vivaient les proches des victimes. Même lorsque l'on songeait à ces familles laissées en ruine, on en oubliait systématiquement une : celle . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 22 mars 2009 à 12 h 01 | Mis à jour le 23 juin 2015 à 14 h 35