Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > PIÈCE ÉCRITE QUI TENTE DE S’ACCORDER AU TRAVAIL PERFORMATIF QUI TENTE DE S’ACCORDER AU VOISIN QUI N’A PAS BESOIN D’ÊTRE UN VOISIN

Sophie Bélair-Clément

PIÈCE ÉCRITE QUI TENTE DE S’ACCORDER AU TRAVAIL PERFORMATIF QUI TENTE DE S’ACCORDER AU VOISIN QUI N’A PAS BESOIN D’ÊTRE UN VOISIN

UN OBJET ÇA FAIT AUSSI, C’EST MÊME PRÉFÉRABLE

Les petits carnets, Montréal, 2008
53 pages
15 $

On écrit, en fin d'ouvrage, que la maison d'édition Les petits carnets, créée en 1997, tente de promouvoir « un espace d'écriture pour la pensée libre ». Disons que ce texte très original en serait la preuve concrète. En effet, il entre mal dans les genres littéraires connus, officiels : c'est expérimental dans tous les sens du terme. D'emblée, l'auteure dit qu'elle n'y est presque pour rien dans la création de son œuvre en avouant tout simplement : « Je n'ai pas fait grand-chose dans tout ça, j'aime mieux avertir ». Elle laisse plutôt filtrer toutes sortes d'informations venues du monde extérieur : bruits d'un voisin, impressions d'une visite au Musée des beaux-arts du Canada, lecture d'un cours de Roland Barthes, observation de chats sur un trottoir... Elle dira que les idées et les sujets se trouvent partout. Et tout cela sera reconstruit grâce à la « documentation subjective du . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 30 décembre 2009 à 18 h 19 | Mis à jour le 19 juin 2015 à 10 h 59