Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Ayant raté son suicide par absorption de somnifères, la narratrice des Murs se retrouve, après quatre jours aux soins intensifs, dans une chambre d'hôpital où elle est reconnue « irrécupérable », « suicidaire », « dangereuse » et « névrosée ». Devant la gravité de son état, on la transfère dans un établissement psychiatrique où l'on surveille étroitement son anorexie envahissante, son penchant irrépressible à l'automutilation et la faiblesse de ses signes vitaux. Les visites de ses proches, les contacts avec des patients et les tentatives de dialogue des intervenants ne parviennent pas à enrayer son « mal d'être » et à l'amener à renoncer aux lacérations qu'elle s'inflige cinq à six fois par jour avec une lame de rasoir ou avec ses ongles. Un « Monstre » l'habite auquel elle ne peut échapper et elle demeure enfermée entre les « murs infranchissables » dont elle s'est elle-même entourée et qu'elle s'interdit de transgresser. Après quelques mois de ce . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Enregistrement