Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > DES MOTS DANS LA NEIGE

Numéro 119

Madeleine Stratford

DES MOTS DANS LA NEIGE

Anagrammes, Perros-Guirec, 2009
45 pages
25 $

Des mots dans la neige est le premier recueil de poésie de Madeleine Stratford, traductrice agréée, docteure en linguistique et professeure adjointe au Département d’études langagières de l’Université du Québec en Outaouais. Cette passionnée des mots et des langues a publié plusieurs écrits originaux et traductions poétiques, entre autres dans les revues TTR, Brèves littéraires, Sojourn, Calque, TransLit. Elle a aussi collaboré à l’anthologie Si proche de Grenade.

Dans Des mots dans la neige, sa plume poétique se fait un brin classique, usant de rimes et de rythmiques efficaces. Les sujets sont traités de façon authentique et personnelle, un goût de sang et de cendre demeure au sortir de la lecture, alors que nous avons une impression de vent qui nous souffle encore au visage.

L’écriture est un des thèmes centraux du recueil. L’auteure explore de l’intérieur ses perceptions de l’acte d’écrire et de prendre la parole, sous plusieurs angles. Bien que ce thème soit récurrent en écriture poétique, ici les clichés sont heureusement absents. Les éléments de la nature, le climat, les matériaux de la vie quotidienne font aussi couler l’encre de cette poétesse que je qualifierai d’impressionniste parce qu’elle rend un état, un goût, une réponse sensitive à un stimulus extérieur très concret, par ses mots toujours précis, un vocabulaire riche et imagé, d’une étendue surprenante pour un si court imprimé. D’autres thèmes sont aussi explorés dans le recueil, dont la crainte de la mort, l’amour, le désir et la solitude.

Quelques poèmes s’échappent un peu de l’ensemble, ils se font absurdes, déstabilisants, surréalistes, délicieux. Bref, c’est un petit livre poétique bien construit, dont les premières pages, très concrètes, plaisent ; les suivantes, surprennent ; et où la chute nous permet de demeurer dans l’imaginaire. Ce n’est pas surprenant que le Prix de poésie Orphéus 2009 lui ait été décerné.

Publié le 13 novembre 2010 à 14 h 22 | Mis à jour le 14 février 2015 à 16 h 30