Accueil > Commentaires de lecture > > LE SOUFFLE COURT

Bernard Lévy

LE SOUFFLE COURT

Triptyque, Montréal, 2014
155 pages
20 $

Après avoir débusqué les différentes formes que peut prendre l’imposture dans son premier recueil de nouvelles, Un sourire incertain, Bernard Lévy met en scène la compétition en prenant le sport comme fil conducteur dans ce nouveau livre. Huit sports que l’auteur connaît bien, comme en font foi certains passages dans lesquels il parodie le vocabulaire des chroniqueurs sportifs. La première nouvelle, qui donne son titre au recueil, interpelle le lecteur par l’emploi inhabituel du pronom « tu ». L’écrivain le fait marcher au sens propre. « Tu traverses la ville en marchant à grandes enjambées. » Le voilà donc en quelque sorte obligé de reconnaître l’esplanade Vorochilenko à Griskoi, dans la République de Bristélénie, un improbable pays de l’Europe de l’Est. Pourtant, c’est à lui-même que s’adresse le héros du « Souffle court », un champion de course à pied, amoureux de la belle Olga. Devenu historien, il enseigne l’histoire . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 1 octobre 2014 à 16 h 10 | Mis à jour le 2 juin 2015 à 14 h 30