Numéro 139

Marianne Apostolides

VOLUPTÉS

OU LA RÉALITÉ DE L’ÉCRITURE DE SOI

Trad. de l’anglais par Madeleine Stratford
La Peuplade, Chicoutimi, 2015
210 pages
21,95 $

Les éditions La Peuplade font maintenant dans la traduction. La première à bénéficier de ce traitement de faveur est l’écrivaine torontoise d’origine grecque Marianne Apostolides. Sa traductrice Madeleine Stratford donne ainsi accès à neuf récits dont la forme est finement ciselée, autant de méditations sur une épigraphe de Roland Barthes, selon qui le malheur du langage, sinon sa volupté, tient en sa qualité constitutivement fictionnelle. En ce sens, le sous-titre de Voluptés se lit comme une antiphrase ; ses quelque 200 pages s’attachent à montrer que la langue joue ce rôle de filtre entre la pensée et son objet, d’où cette réalité qui ne peut en être une, puisque médiatisée, partielle, voire partiale.

Les récits intègrent et mélangent différents genres, testimonial et épistolaire dans « Les joueurs de cerceau », le dialogue socratique dans « Deux dialogues (ou du courage) » et la réflexivité de l’essai philosophique, placé sous l . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 9 juillet 2015 à 16 h 51 | Mis à jour le 9 juillet 2015 à 16 h 59