Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LE CADAVRE DE KOWALSKI
LE CADAVRE DE KOWALSKI

Numéro 139

Vincent Brault

LE CADAVRE DE KOWALSKI

Héliotrope, Montréal, 2015
128 pages
20,95 $

Étrange roman que ce premier livre signé Vincent Brault. Le cadavre de Kowalski commence sous terre, alors que son héros, un homme dont on sait peu de choses, tente de remonter à la surface, à l’air libre. Difficile de ne pas faire le rapprochement, du moins pour le début, avec une nouvelle de Kafka, « Le terrier ». Dans cette nouvelle, Kafka raconte avec moult détails l’histoire d’un personnage qui vit sous terre à la manière d’un rongeur. Dans cet univers on ne peut plus clos, obscur, les principales « péripéties » auront à voir avec les déplacements du personnage. De la même façon, l’homme de Brault, qui n’est d’ailleurs plus qu’un cadavre, décrit d’abord minutieusement dans une trentaine de pages aérées comment, après avoir laissé la terre l’enfouir complètement, il est arrivé à créer un vide avec la main, puis un trou, et finalement un tunnel. Puis comment, à d . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 9 juillet 2015 à 17 h 00 | Mis à jour le 9 juillet 2015 à 17 h 07