Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > UN PIED DANS L’HÉCATOMBE

Nando Michaud

UN PIED DANS L’HÉCATOMBE

Tryptique, Montréal, 2001
241 pages
18 $

François Langlois – pigiste au journal La leçon – est envoyé d’urgence à Québec pour couvrir son trop fameux « Carnaval » dans une province en ébullition car le RIN est au pouvoir et menace de décréter unilatéralement l’indépendance. Mais ceci est un prétexte afin de découvrir qui se cache derrière certains attentats perpétrés contre le défilé. Qui a donc intérêt à vouloir déstabiliser le sacro-saint événement ? Quel est, ultimement, le but visé ? Pendant que notre journaliste mène son enquête, le Québec se proclame République et ça éclate de partout ! De fait, notre « héros » sera entraîné dans une aventure abracadabrante à la hauteur des bons polars que l’on connaît avec, de surcroît, un brin d’exagération et d’invraisemblance qui peut, cependant, drôlement agacer certains puristes… qui ont, tout de même, intérêt à se rendre jusqu’à l’incroyable finale du roman frôlant littéralement l’Apocalypse.

Nous sommes ainsi en présence d’un « thriller » digne de ce nom truffé de pertinentes réflexions critiques touchant tant les travers de la société québécoise que ceux propres à la société occidentale en ce début de siècle. À la limite, toute la civilisation y passe : « Partout où la civilisation fleurit, l’humanité s’éclate. »

Publié le 29 janvier 2015 à 12 h 07 | Mis à jour le 16 février 2015 à 11 h 24