Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > TOUT S’EST BIEN PASSÉ
Tout s'est bien passé

Emmanuèle Bernheim

TOUT S’EST BIEN PASSÉ

Gallimard, Paris, 2013
206 pages
27,95 $

Les lecteurs familiers avec l’œuvre d’Emmanuèle Bernheim – cinq superbes romans miniatures, du Cran d’arrêt (1985) à Stallone (2002) – seront peut-être surpris de la voir exploiter un contenu autobiographique dans son sixième opus. Tout s’est bien passé relate une aventure qui lui est arrivée en 2008 lorsque son père lui a demandé « de l’aider à en finir ».

Le titre du roman ressemble à une formule mensongère, comme dans le film de Guiseppe Tornatore Ils vont tous bien ! (1990), où un père âgé, Matteo Scuro (impeccablement interprété par Marcello Mastroianni), découvre en rendant visite à ses enfants qu’en fait, aucun d’eux ne se porte si bien que ça. Ce n’est pas le cas dans le roman de Bernheim : André, un octogénaire amoureux de la vie, obtiendra satisfaction du désir de mourir qui l’anime depuis qu’il a subi un AVC. Mais, on s’en doute, le chemin sera semé d’embûches. D’une part, un père qui prie ses filles de l’aider à mourir, ça « ne colle pas », comme l’écrit Bernheim. D’autre part, l’euthanasie n’est pas autorisée en France. Il va donc falloir finasser pour transporter André en Suisse sans éveiller les soupçons des autorités médicales et policières parisiennes. Ce qui, naturellement, ne marchera pas. La narratrice Emmanuèle et sa sœur Pascale seront convoquées au commissariat à la suite d’une « déclaration de main courante ». Débutant et terminant sur un coup de fil, Tout s’est bien passé décrit le parcours chaotique dans lequel les deux sœurs se retrouvent engagées après avoir décidé d’honorer le souhait de leur père.

On trouvera dans ce livre tout ce qui séduit chez Emmanuèle Bernheim : un style haché et sobre ; un tempo rapide ; une narration terre à terre et teintée d’humour. Comme dans Un couple (1987) et Sa femme (1993), les personnages y sont croqués sur le vif, au hasard des petits gestes qui les révèlent au quotidien. Dans le contexte où viennent de s’achever, au Québec, les travaux de la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité, Tout s’est bien passé aborde une thématique d’une actualité brûlante.

Publié le 30 mars 2014 à 14 h 30 | Mis à jour le 30 mars 2014 à 14 h 30