Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Sovki désigne dans la Russie d'aujourd'hui les Soviétiques nostalgiques. Si la légende géorgienne de la néo-Montréalaise Elena Botchorichvili s'apparente au film Good Bye, Lenin !, son livre Sovki a une âme bien à lui. De la même auteure, nous avions déjà apprécié Opéra et Faïna ; son dernier roman, également écrit en russe, ne déçoit pas.

La saga rappelle parfois les mariées aériennes du grand Chagall. Il est vrai que les fiancées de cette fable joyeusement ébouriffée ont tendance à s'envoler le jour de leurs noces. « Puis le vent avait soulevé sa fiancée en l'air et l'avait emportée. »

Onirique et fantaisiste, l'histoire de plusieurs générations de Gomarteli se déroule en partie au bord de la mer, à Kobouleti et à Batoumi (Adjarie), et en partie dans la capitale g . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Enregistrement