Accueil > Commentaires de lecture > Essai > PETIT MANUEL D’ÉMERVEILLEMENT

Numéro 102

Erik Sablé

PETIT MANUEL D’ÉMERVEILLEMENT

Dervy, Paris, 2004
94 pages
20,95 $

Le Petit manuel d’émerveillement d’Erik Sablé nous enjoint à quitter nos existences tissées de certitudes et d’absolus pour nous ouvrir les yeux sur le Mystère du monde. À mille lieux du mode d’emploi, l’ouvrage se présente davantage comme une piste de réflexion philosophique et spirituelle, l’esquisse d’une route vers une vie nouvelle faite d’émerveillement et de contemplation.

« Il y a de l’Être. Je suis, j’existe. » C’est dans ce recul métaphysique par rapport au monde que se situe l’essence même de l’humanité. N’est-ce pas merveilleux que nous existions dans un monde qui existe et que nous en soyons conscients ? Cela ne suffit que très rarement à l’homme qui aussitôt le bref instant d’étonnement passé cherche tout de suite une réponse à ses questions. Pourquoi suis-je conscient ? Pourquoi est-ce que j’existe ? Or, le simple fait de s’interroger suffit à briser le fragile et précieux équilibre de l’émerveillement. La rationalité, la recherche de réponses émulsionnent les mystères : elles nous éloignent de l’émerveillement initial, de ce sentiment d’extase devant l’infini et l’insoluble qui incarne toute la finesse de notre être. Il est son état le plus complet, son plus bel accomplissement. L’émerveillement pour lui-même est la fleur de la conscience. Par lui, l’existence se transforme et s’emplit, pour ne plus être qu’un ballet de beautés que l’on admire.

Erik Sablé place ainsi les bases de sa philosophie de l’émerveillement tout en tentant d’impliquer le lecteur dans un questionnement existentialiste à saveur spirituelle. L’auteur se plaît à bousculer les limites de la réflexion pour les pousser vers le mythique et le mystère : il en résulte un propos à mi-chemin entre la philosophie et la poésie qui pourrait déplaire aux esprits trop rationnels. Le Petit manuel d’émerveillement s’apparente davantage aux philosophies orientales comme le taoïsme et le bouddhisme, qui, bien que tout à fait intéressantes, sont difficilement conciliables avec la rationalité occidentale. Malgré son propos un peu simpliste et assez usité, le Petit manuel d’émerveillement reste un livre plein de poésie, un hymne à la vie et à l’être humain qui mérite d’être écouté d’une oreille attentive. Car si certains écrivent de la philosophie, Erik Sablé, lui, la souffle dans un murmure

Publié le 2 mars 2006 à 15 h 15 | Mis à jour le 9 décembre 2014 à 16 h 03