Accueil > Commentaires de lecture > > ON L’APPELAIT BUGALED BREIZH

Yann Queffélec

ON L’APPELAIT BUGALED BREIZH

Du Rocher/L'Archipel, Monaco/Paris, 2014
223 pages
29,95 $

Jeudi, le 15 janvier 2004 : le chalutier Bugaled Breizh (Enfants de Bretagne) pêche au large du cap Lizard (Cornouailles britanniques). Soudain, le navire est précipité vers le fond, si rapidement que les cinq marins à bord n’ont même pas le temps de se réfugier sur un radeau de sauvetage. Un message de détresse lancé par le capitaine du Bugaled Breizh, Yves Gloaguen, et reçu par son collègue, Serge Cossec, à bord de l’Éridan, permet de situer la tragédie précisément à 12 h 23. Quelques minutes plus tard, en approchant de la dernière position connue du navire disparu, les marins de l’Éridan distinguent, au loin, un mystérieux hélicoptère gris ne portant ni signe distinctif ni matricule, qui survole la scène puis s’éloigne avant d’être rejoint. Il est bientôt remplacé par un autre hélico, celui-là bien identifié « Royal Navy Rescue ». Un canot de sauvetage . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 3 octobre 2014 à 9 h 22 | Mis à jour le 2 juin 2015 à 14 h 51