Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Par les temps douloureux que nous traversons, il ne faut pas s’étonner que la poésie retrouve parfois le chemin du social. Dans Noir devant, Jean-Pierre Milovanoff, poète français d’origine russe, se laisse entraîner à travers diverses formes poétiques à dire ce qui se passe de plus sombre en ce monde contemporain. De la forme brève à l’épopée, son écriture est sensible au réel, à la plainte qui monte de l’expérience vitale, aux petits riens comme aux grandes causes. D’un rythme régulier, sa poésie, parfois grave, parfois ironique ou même tendre, interroge « La pierre du temps » et se met à l’écoute de ce que racontent « Les chamans », « Quand débordent les fleuves rouges », les paysages intérieurs, la nature et ses tumultes. Il écrit : « Aux deux bouts de la Création, / celui qui rédige et celui qui brûle le livre, / celui qui dresse la stèle et celui qui la renverse. / Celui qui crie la Vérité et celui qui ne l’entend pas, / ne sont qu’une seule personne. »

Noir devant, un livre de sagesse ? Certainement pas, mais un livre d’urgences, de failles qui cherchent « la tête haute », du sens à travers les légendes et les objets du quotidien. Des mots comme des « fleurs », des répétitions comme une mémoire qui s’y obstinent à chanter la « Ballade du combat toujours à reprendre ». La poésie de Jean-Pierre Milovanoff, qui est également dramaturge (Cinquante mille nuits d’amour, Julliard, 1994) et romancier (Auréline, Grasset, 2000), a du souffle, elle se déploie avec une certaine intemporalité, entre le monde à observer et celui à changer. « Quelque pli nouveau de la langue / arriverait à bon port ? » demande le poète, « ici, là-bas, ailleurs, partout. »

Enregistrement