Accueil > Commentaires de lecture > Essai > ROGER LEMELIN, L’ENCHANTEUR

Numéro 81

Daniel Bertrand

ROGER LEMELIN, L’ENCHANTEUR

Stanké, Montréal, 2000
328 pages
24,95 $

C’est une expérience passionnante que de lire la biographie d’un homme qu’on a connu et côtoyé au travail. Telle fut pour moi la lecture de Roger Lemelin, l’enchanteur. Un homme assoiffé de pouvoir, en un sens, mais d’un pouvoir qu’il a voulu amical et chaleureux. Le livre de Daniel Bertrand, malgré quelques gaucheries, fait revivre le père des « Plouffe », un surprenant mélange d’ambiguïté et d’ambition sur fond de bonté et de générosité. Ce qui ressort en fin de compte, c’est la grande solitude intérieure de cet homme qui voulut avant tout être aimé et était prêt à y mettre le prix. Cette biographie pèche cependant par une trop grande empathie avec son héros, par l’absence d’une approche critique des témoignages uniformément louangeurs sur lesquels Daniel Bertrand appuie son récit. Il reste qu’il nous offre une image très vivante de ce personnage unique dans l’histoire littéraire du Québec.

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 14 janvier 2003 à 14 h 21