Accueil > Commentaires de lecture > Essai > MORT D’UNE INCONSOLÉE

David Rieff

MORT D’UNE INCONSOLÉE

LES DERNIERS JOURS DE SUSAN SONTAG

Trad. de l'américain par Marc Weitzmann
Climats, Paris, 2008
181 pages
34,95 $

Être le fils unique de l'icône Susan Sontag, écrivaine et essayiste, était déjà une mission difficile. Est-ce pour mieux combattre ses ultimes démons que David Rieff a voulu raconter l'inéluctable mort de sa mère ? L'ambiguïté du sous-titre anglais – A Son's Memoir – évoque autant le souvenir ému qu'a un fils des derniers moments de sa mère qu'une thèse universitaire de ce même fils sur le sentiment d'impuissance de qui accompagne un mourant. Les émotions à fleur de peau s'entremêlent à la froide analyse.

Regrets et remords. « Je ne suis que trop conscient de ce que la culpabilité a d'inévitable, chez qui examine ce qu'il a fait ou non pour un disparu qui lui est cher. » Le questionnement philosophique de Rieff nous atteint en plein cœur, car nous avons tous été et nous serons tous confrontés à ce dilemme. L'écrivain pose clairement le problème . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 11 octobre 2008 à 18 h 21 | Mis à jour le 26 juin 2015 à 10 h 07