Accueil > Commentaires de lecture > Essai > MÉMOIRES : EDGAR FRUITIER

Numéro 118

Edgar Fruitier

MÉMOIRES : EDGAR FRUITIER

Propos recueillis par Jean Faucher

Québec Amérique, Montréal, 2009
176 pages
19,95 $

Pour beaucoup de gens, l’irrésistible Edgar Fruitier est une sorte de mélomane professionnel, et un animateur de radio raffiné, et rare, d’une érudition exceptionnelle. Mais cette biographie établie d’après un seul témoin (lui-même), rédigée avec l’aide du metteur en scène Jean Faucher, nous rappelle que le grand Edgar a été d’abord et avant tout un comédien versatile sur les planches, à la télévision et à l’occasion au cinéma. Que de souvenirs de théâtre et de musique ! Rencontres inoubliables, trous de mémoire sur scène, absence d’acteurs au dernier moment durant une représentation, mais aussi la radio, divers travaux de post-synchronisation, des publicités. Il aura joué durant quinze ans le personnage de Loup-Garou dans Le pirate maboule.

Évoquant son enfance dans Ville-Émard, Edgar Fruitier mentionne aussi ses livres de prédilection : les Essais de Montaigne, mais aussi les ouvrages de Claude Lévi-Strauss, de Primo Levi, de La Fontaine, de Ronsard, et Don Quichotte. Naturellement, les pages les plus passionnantes touchent la musique ; véritable passionné, il peut acheter des dizaines de coffrets lors d’une seule visite chez un disquaire. Il confesse : « J’ai tellement de disques chez moi que j’ai à peine le temps de les écouter ». Il parle néanmoins de « l’importance d’une véritable écoute ». Ainsi, Edgar Fruitier assiste deux fois à chaque concert de l’Orchestre symphonique de Montréal, sur deux fauteuils différents, afin de pouvoir apprécier des sonorités distinctes selon sa position par rapport aux musiciens. Il demeure discret sur sa vie intime, préférant avant tout la solitude et la musique. Son secret : « […] je ne me prends jamais au sérieux », qualité qu’il appréciera également chez les autres.

Sa passion pour la musique lui a valu l’estime de tous. Presque tout le monde a pu voir ce reportage télévisé où le collectionneur fait visiter son immense salle de musique, avec son fauteuil surchargé où s’empilent des dizaines de nouveautés, et où les disques expriment selon leur position leur degré de découverte : « à écouter », « à réécouter », « une seule écoute partielle ».

Par ailleurs, je déplore le manque de précision dans les dates ‘ on ne trouve même pas le jour exact de sa naissance !

Publié le 20 mars 2010 à 12 h 19 | Mis à jour le 16 avril 2015 à 10 h 13