Accueil > Commentaires de lecture > Essai > L’INQUISITORIALE

Michaël La Chance

L’INQUISITORIALE

FUGUE SOLAIRE DANS LES ÎLES ET PLATEAUX DU LANGAGE

Triptyque, Montréal, 2007
134 pages
22 $

Michaël La Chance nous a déjà habitués à ses réflexions sur les rapports qu'entretient notre société moderne avec les arts, rapports parfois tempétueux, rapports dénaturés en quelque sorte par une perception faussée de l'art, qui fait de celui-ci un élément subversif, voire explosif. De tels rapports conduisent alors à bien plus loin que la simple censure : vers la répression, la destruction quelquefois de l'œuvre.

La Chance considère quelques cas précis, récents, où se manifeste clairement la paranoïa de ce temps post-11 septembre, de ce temps où nous ne connaissons pas toujours ni les intentions ni les auteurs des actes terroristes. C'est aussi un temps de surabondance d'images et d'une peur de celles-ci. Alors pour en accepter la destruction, on se dit que ces œuvres ne sont que des symboles et pas des êtres humains. Que devient alors, à une telle époque, la liberté de l'artiste ?

On peut difficilement . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 22 mars 2008 à 13 h 20 | Mis à jour le 12 juin 2015 à 15 h 34