Couverture numéro 110

D’UN ANNIVERSAIRE À L’AUTRE !

Ces temps-ci, on parle beaucoup de survivance au Québec , une préoccupation qui est majeure dans tous les domaines ; aucun des modes d’expression de la vie culturelle n’y échappe. Ici comme ailleurs, il faut bien le reconnaître, les pôles d’attraction sont devenus planétaires. Et un écrivain « régional » devra attendre l’un des grands prix internationaux, le Nobel peut-être, pour que son voisin ou même ses amis le lisent !

Parlant de survivance, le 25e anniversaire de Nuit blanche se termine. La ville où le magazine est physiquement établi fête ses 400 ans. Physiquement car depuis ses débuts, Nuit blanche a toujours accueilli les écrivains et les collaborateurs de toutes origines.

Exit la ville carte postale
Dans ce numéro, un spécial théâtre qui souligne à sa façon les 400 ans de Québec. Neuf dramaturges ont écrit des pièces inspirées par la ville ; Nuit blanche en donne de larges extraits. Regards-9, une création du Théâtre Niveau Parking avec le Théâtre de la Bordée, rassemble Marie Brassard, Jean Marc Dalpé, Koffi Kwahulé, Robert Lepage, François Létourneau, Alexis Martin, Michel Nadeau, Anne-Marie Olivier et Marc Prescott.

La ville vue et vécue dans un quotidien très personnel, servie par des écritures diverses, des sensibilités créatives, les humeurs du moment, voilà donc un menu très différent pour nos lecteurs dans ce numéro 110… qui n’accueille qu’un seul article de critique, celui de Laurent Laplante sur les Mémoires de Brian Mulroney, « Plus stratège que chef d’État ? ».

Pour ce qui est des rubriques habituelles, avouons que « Le livre jamais lu » n’a jamais manqué de lecteurs potentiels : Nando Michaud a pris, repris, abandonné À la recherche du temps perdu de Marcel Proust.

La rubrique « Écrivains méconnus du XXe siècle », signée Bruno Curatolo, prouve une fois de plus que le talent ne va pas de pair avec la reconnaissance, puisque André de Richaud, poète, dramaturge, romancier, reconnu dès sa vingtième année, n’a pas été retenu par la postérité malgré son immense talent.

Quant à la rubrique « Idées à découdre » (collaboration Nuit blanche et Argument), elle donne la parole à Élaine Larochelle qui remet en question les prises de position de Simone de Beauvoir sur la maternité, sur la condition féminine en général. Version abrégée d’un article à paraître dans la revue Argument.

Différent, ce numéro 110.

Bonne lecture ! NB

Commentaires de lecture

Fiction

Essai

Partage :
[hupso]