Accueil > Commentaires de lecture > Essai > LES PLAGES DE L’EXIL

Jacques Lanctôt

LES PLAGES DE L’EXIL

Stanké, Montréal, 2010
247 pages
24,95 $

En racontant son long exil à Cuba et en France dans Les plages de l'exil paru en septembre 2010, Jacques Lanctôt insiste pour contenir les attentes. Qu'on le sache, ce n'est pas ici que les dégustateurs de révélations tonitruantes arracheront leur ultime vérité aux événements d'octobre 1970. Seuls trouveront substance les lecteurs aptes à comprendre ce qu'est, pour un homme qui a poussé à la limite son amour du pays à naître, une décennie vécue à distance de ce sol. Car c'est d'exil, toujours d'exil, que parle Lanctôt. Précisons : Lanctôt n'a que faire des versions que les romans peuvent élaborer à propos des événements d'Octobre. Ainsi, Lanctôt ridiculise à grand gosier l'idée que le FLQ fut manipulé par la police et les forces politiques opposées à l'indépendance du Québec : « [...] mais quoi qu'on fasse et dise, il y aura toujours des ti . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 4 décembre 2010 à 15 h 30 | Mis à jour le 13 juin 2015 à 13 h 18