Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LES CRÉPUSCULES DE LA YELLOWSTONE

Louis Hamelin

LES CRÉPUSCULES DE LA YELLOWSTONE

Boréal, Montréal, 2020
368 pages
29,95 $

Dans une vie antérieure, précédant celle du romancier primé il y a plus de trente ans par le Prix du Gouverneur général, Louis Hamelin décrochait un diplôme en biologie de l’Université McGill. Plus qu’un ajout à son curriculum, cette formation et l’intérêt consubstantiel qu’il porte à la nature marqueront par la suite profondément son œuvre, également traversée, c’est devenu un lieu commun de le souligner, d’une sensibilité très américaine. Ornithologue à ses heures, c’est à un drôle d’oiseau qu’il rend grâce dans son plus récent ouvrage.

John James Audubon est une curiosité dans l’histoire du Nouveau Monde du XIXe siècle. Naturaliste né Jean-Jacques à Saint-Domingue, atteint de ce qu’il diagnostique lui-même comme étant une « maladie ambulatoire », il ratisse durant une bonne partie de sa vie le continent américain, consignant ses observations de la faune ailée dans le chantier . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 19 octobre 2020 à 13 h 57 | Mis à jour le 23 octobre 2020 à 19 h 36