Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LA BALLADE DE ROBERT JOHNSON

Numéro 160

Jonathan Gaudet

LA BALLADE DE ROBERT JOHNSON

Leméac, Montréal, 2020
341 pages
32,95 $

Figure mythique du blues issue du delta du Mississippi, Robert Johnson aurait conclu un pacte avec le diable : en échange d’un don musical inégalé, il lui cédait son âme pour l’éternité. Et la légende est née.

Robert Leroy Johnson n’enregistra que vingt-neuf chansons. Sa carrière fut aussi brève que fulgurante : né possiblement en 1911, sans certitude selon les sources, il trouva la mort en 1938 dans des circonstances nébuleuses après avoir donné un concert à Greenwood, en Caroline du Sud. Le récit auréolant son parcours veut également qu’il ait eu une femme dans chaque patelin où il trouvait à jouer en échange de quelques dollars, ce qui explique qu’il ne se serait pas fait que des admirateurs. Mais ces derniers, nombreux, parmi lesquels il faut compter Eric Clapton, Bob Dylan, Jimi Hendrix, Jimmy Page, lui ont toutefois assuré une renommée que lui envie assurément le diable lui-même.

La ballade de . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 19 octobre 2020 à 14 h 04 | Mis à jour le 22 octobre 2020 à 15 h 45