Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Les lecteurs sont toujours curieux de découvrir une nouveauté de Dany Laferrière, cet auteur que l'on dit des Amériques puisqu'on peut difficilement le ranger d'emblée dans la littérature haïtienne, la littérature québécoise Ne nous a-t-il pas annoncé récemment qu'il était un auteur japonais ? Et le voilà qui se fait ou refait une identité : fils d'un homme politique haïtien, Haïtien de naissance, il a vécu plus de 30 ans d'exil. En vérité, Dany Laferrière ne s'est jamais livré autant que dans le récit de ce retour au pays natal (rien à voir avec l'œuvre d'Aimé Césaire, même si Laferrière apporte avec lui, dans son voyage, un de ses recueils de poèmes).

On voudrait tellement croire que le retour au pays natal est un remède aux peines de l'exil. Mais, on découvre que c'est la perte de tous . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Enregistrement