Anne-Marie Olivier

LE PSYCHOMATON

Dramaturges Éditeurs, Montréal, 2007
148 pages
17,95 $

En 2005, Anne-Marie Olivier se méritait le Masque du public et le prix d'interprétation Paul Hébert pour son spectacle solo Gros et détail. Elle revient à la charge avec Le psychomaton qui, à l'instar de son spectacle précédent, nous plonge dans la vie ordinaire de gens ordinaires.

Le psychomaton est une machine entre la cabine photographique (le kiosque à photos qu'on trouvait jadis dans les centres d'achat) et le confessionnal. Josée et Polo, les deux principaux personnages, créent cet appareil à la suite d'échanges populo-philosophiques, au cours desquels ils cherchaient à « combler un manque d'amour » qui serait, selon eux, à la source de plusieurs des problèmes sociaux actuels. C'est sur cette prémisse que repose l'ensemble de cette pièce présentée pour la première fois le 19 avril 2007, au Théâtre Périscope, à Québec.

Les deux grands axes du texte . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 7 octobre 2007 à 14 h 49 | Mis à jour le 2 juillet 2015 à 9 h 14