Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Prague, 1995. Le directeur de la chaîne de télévision d’État confie au journaliste Ludvίk Slaný la réalisation d’un documentaire visant à faire la lumière sur un phénomène étrange qui fait de plus en plus de bruit.La quinquagénaire Verá Foltýnová recevrait la visite de Chopin qui, plus d’un siècle après sa mort, lui dicterait des partitions inédites. Pour le cartésien Ludvίk, il ne fait pas de doute qu’il s’agit là d’une mystification qui profiterait à la spirite ou à quelque complice. Son enquête cherchera à le prouver. Mais la ménagère et ex-cantinière, d’apparence honnête, d’emblée prête à collaborer dès la première visite du journaliste, crée chez lui un malaise, car elle n’a pas la tête de l’emploi.À l’époque, l’ère de l’information disponible au bout des doigts n’en est qu’à ses balbutiements. Aussi le journaliste . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Enregistrement