Sharon Bala

BOAT-PEOPLE

Trad. de l’anglais par Véronique Lessard et Marc Charron
Mémoire d’encrier, Montréal, 2020
441 pages
29,95 $

Nous suivons quatre personnages et leurs proches dans ce roman à saveur politique : Mahindan, un veuf, et son fils de six ans, Sellian, tous deux réfugiés sri-lankais venus par cargo avec cinq cents autres demandeurs d’asile dans la région de Vancouver ; Priya Rajasekaran, une avocate d’affaires, elle aussi d’origine sri-lankaise (deuxième génération), désignée malgré elle par son cabinet pour représenter des réfugiés ; et Grace Nakamura, arbitre de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada, qui doit décider si Mahindan peut ou non être admis au pays et y refaire sa vie.

Le roman s’inspire d’une histoire similaire survenue il y a près de dix ans en Colombie-Britannique.

Le récit dévoile le parcours intime de ces personnages lors du long traitement administratif du dossier, notamment par des retours sur la vie sri-lankaise de Mahindan. Ce dernier, qui a quitté son pays à cause . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 9 avril 2020 à 8 h 49 | Mis à jour le 23 avril 2020 à 13 h 26