Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LA PIVOINE DE JADE

Numéro 110

Wayson Choy

LA PIVOINE DE JADE

Trad. de l'anglais par Hélène Rioux
XYZ, Montréal, 2007
262 pages
25 $

Dans le Chinatown de Vancouver, pendant que la Seconde Guerre mondiale met l'Europe, l'Afrique du Nord et l'Extrême-Orient à feu et à sang, une famille tente, tant bien que mal, de survivre à cette période trouble dont les répercussions prennent différents aspects. Le père écrit des articles pour le journal chinois local afin d'arrondir des fins de mois de plus en plus difficiles, commente l'actualité avec véhémence et refuse que son aîné s'engage dans l'armée de ce Canada qui ne reconnaît pas les habitants du quartier comme des citoyens à part entière. La grand-mère régente tout le monde et exige, sous prétexte de se moderniser par rapport aux traditions millénaires du milieu d'origine, que tous les enfants de la maison, même les siens propres, appellent « belle-mère » la deuxième femme de son fils devenu veuf après son premier mariage. Jung-Sum se réfugie dans . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 19 mars 2008 à 18 h 28 | Mis à jour le 11 juin 2015 à 16 h 41