Patrick Nicol

LA NOTAIRE

Leméac, Montréal, 2007
133 pages
13,95 $

C'est un véritable bijou d'écriture que ce petit roman (il fait 133 pages) de Patrick Nicol, qui signe avec La notaire son cinquième livre de fiction. Nicol fait le récit d'un quadragénaire tout juste sorti d'une séparation, qui emménage dans une maison de son quartier natal où des photos de lui, enfant, le plongent dans un bain de souvenirs. Exception masculine dans un univers de femmes, ce fils sans père est aussi un homme qui s'est fait lui-même, mais qui ne s'est pas terminé, car bon nombre des gestes quotidiens propres aux hommes, tels planter un clou ou manier une scie, lui demeurent complètement étrangers. Le récit nous montre cet homme louvoyant entre Marie, son ex, et la notaire, cette trentenaire aux cheveux noirs, aux yeux vifs et aux grands appétits lubriques.

Récit à la fois sobre et intense, La notaire nous entraîne . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 20 mars 2008 à 14 h 14 | Mis à jour le 12 juin 2015 à 12 h 59