Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

De Frédéric Bastien, le lecteur obtient tout ce qu'il peut attendre d'un historien et quelque chose en sus. D'une part, sources et faits sont au poste ; d'autre part, conformément à une méthode historique qui dépasse désormais les dates et les noms de généraux, l’auteur relie les événements aux enjeux cruciaux. Il ne lui suffit donc pas de raconter que le Canada s'est doté d'une charte des droits ni même comment il l'a fait ; il lui importe davantage de montrer qu'il s'agit là d'un véritable coup d'État. Le terme apparaît dans une note du haut-commissaire britannique John Ford adressée au foreign secretary Lord Carrington le 30 avril 1981 : « L'ensemble de ce qui se passe, dit-il, est une ‘véritable tentative de coup d'État en vue de modifier l'équilibre des pouvoirs dans la Confédération’ ». Bastien établit trois fois plut . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Enregistrement