Accueil > Commentaires de lecture > Essai > GEORGES BATAILLE, LA MORT À L’ŒUVRE
GEORGES BATAILLE, LA MORT À L’ŒUVRE

Michel Surya

GEORGES BATAILLE, LA MORT À L’ŒUVRE

Gallimard, Paris, 2012
704 pages
26,50 $

La réédition de cet ouvrage marque à la fois le cinquantenaire du décès de Georges Bataille (1897-1962) et les vingt années écoulées depuis la parution du livre de Michel Surya chez Gallimard (intervalle qui s’étend à vingt-cinq ans si l’on compte l’édition Séguier de 1987). Écrivain, philosophe et éditeur (il a fondé les éditions Lignes), Surya est aussi un grand connaisseur de Bataille, qu’il a commenté, édité et préfacé à plusieurs reprises. Fort de ses quelque 700 pages, Georges Bataille, la mort à l’œuvre est un ouvrage important, qui s’adresse aussi bien au profane qu’au spécialiste.

Il faut d’abord s’habituer à la syntaxe parfois contournée de Surya, qui use d’un style beaucoup plus personnel que ne le font, d’ordinaire, les biographes. Sans doute est-ce la preuve que ce livre n’est pas – ou pas seulement – une biographie. Une connaissance en profondeur du contexte biographique est constamment mise en . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 2 avril 2014 à 11 h 50 | Mis à jour le 4 juin 2015 à 11 h 39