Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > FLESHMARKET CLOSE

Ian Rankin

FLESHMARKET CLOSE

Trad. de l’anglais par Daniel Lemoine
Du Masque, Paris, 2008
473 pages
32,95 $

Après la réorganisation de leur commissariat, John Rebus et sa collègue, Siobhan Clarke, sont mutés à Gayfield Square, commissariat de moindre envergure logé dans un immeuble décati et où l'on s'occupe surtout de menus larcins et des soûlards du week-end. Relégué près du photocopieur, Rebus évite sa nouvelle table de travail, qui est aussi celle où l'on range les tasses, le café et le sucre.

Parce que les collègues de West-End manquent de personnel, Rebus est dépêché sur les lieux d'un crime à Knoxland : un immigré s'est fait poignarder dans un passage couvert reliant deux tours d'habitation aux « cloisons si minces qu'on entendait les voisins se couper les ongles de pied ». Refuge d'immigrés clandestins, Knoxland leur réserve un accueil plutôt froid. En témoigne le graffiti tout frais, datant vraisemblablement de moins d'une heure après le meurtre : « Un de moins ». Ainsi s'amorce la quinzième . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 21 septembre 2009 à 23 h 04 | Mis à jour le 22 juin 2015 à 10 h 36