Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > DRY LIPS DEVRAIT DÉMÉNAGER À KAPUSKASING

Numéro 119

Tomson Highway

DRY LIPS DEVRAIT DÉMÉNAGER À KAPUSKASING

Trad. de l'anglais par Jean Marc Dalpé
Prise de parole, Sudbury, 2009
197 pages
18,95 $

Jean Marc Dalpé a choisi la langue du peuple pour traduire Dry Lips Oughta Move to Kapuskasing. Ceux qui ont connu Les Rez sisters, première œuvre dramatique de Tomson Highway, y reconnaîtront les personnages et l'univers hyperréalistes d'autochtones canadiens.

Cette pièce de théâtre est bouleversante. Crue. Désagréable même parfois, mais incontournable. Il s'agit d'une tragédie moderne, sans aucun doute aussi forte que Les belles-sœurs de Michel Tremblay. Des belles-sœurs d'aujourd'hui ' mixtes ', hommes et femmes autochtones. L'auteur a poussé son écriture à fond, réussissant un tour de force en créant un condensé de tous les drames vécus par les peuples autochtones à la suite du passage des Blancs. Des peuples dont les repères ont été arrachés par l'étranger, puis dont les miettes ont tranquillement été abandonnées par les principaux intéressés.

Un groupe . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 12 novembre 2010 à 15 h 35 | Mis à jour le 14 juin 2015 à 11 h 45