Paola Pigani

CONCERTINA

Du Rocher, Monaco, 2006
183 pages

Des textes très courts, ciselés, sans un mot de trop. Une langue juste, simple, souvent poétique pour raconter des histoires banales. Les vingt-deux nouvelles de Concertina ont mérité à Paola Pigani le prix Prométhée de la Nouvelle créé afin de promouvoir de nouveaux auteurs d'expression française et de développer le goût de la nouvelle auprès des lecteurs. D'ascendance italienne, Pigani, éducatrice de jeunes enfants, a déjà publié plusieurs recueils de poésie.Concertina est sa première incursion dans la fiction.

Le titre renvoie à l'une des nouvelles du recueil et représente fort bien le lien qui unit l'ensemble des textes. La concertina, en effet, n'a rien d'une musique de chambre mais fait référence, dans le langage carcéral, au fil de fer barbelé qui entoure les câbles de protection des pénitenciers. Mais si ces barbelés symboliques restreignent les mouvements . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 20 juin 2007 à 14 h 50 | Mis à jour le 3 juillet 2015 à 14 h 07