Numéro 115

Colette Boky

COLETTE BOKY

LE CHANT D'UNE FEMME

Avec la collaboration de Mireille Barrière
Triptyque, Montréal, 2008
330 pages
28 $

Je crois que Colette Boky aura été la plus grande chanteuse québécoise de l'histoire, et la lecture de cette (auto)biographie m'en convainc davantage. Cette délicieuse jeune femme (née Colette Giroux) est simple vendeuse chez Simpson lorsqu'elle rencontre Jack Boeki, qu'elle épousera et dont elle gardera le nom.

Alors que Colette n'a que 26 ans et qu'elle vient de quitter son mari, elle reçoit ce conseil décisif de son professeur au Conservatoire, le grand Raoul Jobin : « Ne reste pas ici car tu ne peux rien avoir au Canada tant que tu ne te seras pas fait une grande réputation ailleurs ». À partir de 1961, la soprano se produira dans les plus prestigieuses salles d'opéra d'Europe, mais également au Metropolitan Opera à New York. En outre, elle tournera en Autriche dans l'opéra filmé Les joyeuses commères de Windsor de Georg Tressler, en 1965. Mais hélas ! cet unique long métrage mettant . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 25 juin 2009 à 19 h 17 | Mis à jour le 22 juin 2015 à 11 h 59