David Mitchell

CETTE MAISON

Trad. de l’anglais par Manuel Berri
Alto, Québec, 2019
269 pages
26,95 $

Sise dans une ville anglaise, peut-être Londres, près du pub Renard et Mâtins, Slade House accueille parfois quelques visiteurs. Qui sont ces énigmatiques invités qui passent « la petite porte noire en métal » ouvrant sur Slade Alley ?

Quand ils arrivent dans le jardin de l’élégante demeure victorienne, que se passe-t-il ? Leur sort sera-t-il doux ou cruel ?

Mêlant l’humour et l’horreur au fantastique, David Mitchell s’est amusé à pasticher les maîtres Poe et Lovecraft, le mythe de la maison maléfique étant en effet un classique du genre. Le Britannique a structuré Cette maison en cinq chapitres, proposant un scénario en boucle qui se déroule de 1979 jusqu’en 2015 et qui se répète tous les neuf ans. Que ce soit un enfant, un policier ou un étudiant, le protagoniste est en général un solitaire qui enquête sur une disparition mystérieuse, s’aventure au-del . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 9 avril 2020 à 13 h 29 | Mis à jour le 23 avril 2020 à 12 h 47