Accueil > Commentaires de lecture > Essai > CARNETS DE VOYAGE

Charles Vincent

CARNETS DE VOYAGE

L'EXPÉRIENCE DE L'ÉTRANGER

Université de Sherbrooke, Sherbrooke, 2005
134 pages

Images, impressions, souvenirs et projets de vie constituent les thèmes principaux de Carnets de voyage, L’expérience de l’étranger, recueil de courts récits dirigé par Charles Vincent. Des étudiants de l’Université de Sherbrooke ayant eu la chance de voyager pour le besoin de leurs études et, en sens inverse, des étudiants de l’étranger venus, le temps d’un trimestre, faire l’expérience du Québec, proposent des « carnets » visant à partager leurs sentiments relativement à leurs expériences dans l’Ailleurs.

L’ouvrage, d’abord divisé par continents visités, subdivisé ensuite par pays, transporte le lecteur au cœur des tractations vécues par les aventuriers. Sans perdre de vue l’objet premier du voyage, c’est-à-dire les études (ce qui s’avère être le point fort de l’ouvrage, car on ne bascule pas ou très peu dans un quotidien dépourvu d’intérêt), les textes permettent au néophyte de se renseigner sur les divers domaines de recherche choisis par les auteurs. Ces domaines vont du projet en génie mécanique (construction d’infrastructures pour aider des communautés pauvres, au Pérou notamment) à l’exploration de l’Égypte dans le but de parfaire langue et connaissance de l’islam, en passant par l’étude des oiseaux de proie en Amérique centrale.

Les carnets, en plus d’illustrer la curiosité intellectuelle des étudiants, dressent un portrait du séjour (photographies à l’appui), mais, surtout, ils traduisent une ouverture directe à l’égard de l’Autre et de l’Ailleurs. « Je suis toujours pris entre le désir de la découverte de lieux nouveaux et le goût de me créer une vie ‘normale’ dans un endroit qui n’est que temporairement chez moi », avoue l’un des étudiants. Pour certains, l’expérience s’avère difficile, alors que pour d’autres, elle apparaît des plus enrichissantes. Car, comme tout déplacement dans l’Ailleurs, le voyage implique des confrontations qui déstabilisent l’aventurier, ce qui remet en perspective les valeurs de la vie. En somme, le livre proposé par les éditions de l’Université de Sherbrooke remplit son mandat : il dépayse le lecteur le temps de partager quelques expériences académiques.

Publié le 2 mars 2006 à 15 h 27 | Mis à jour le 27 novembre 2014 à 16 h 33