Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

En suivant à la trace des humains opposés par leurs métiers et, croirait-on, par leurs principes, on se heurte à l'inattendu : tous, à quelque clan qu'ils appartiennent, cèdent aux mêmes tentations et baignent dans les mêmes compromissions. Le héros d'une guerre maquillée en héroïque croisade par les mensonges officiels ne revient pas sans séquelles à la vie civile. Vie et mort pèsent à ses yeux aussi peu l'une que l'autre et les armes ne sont que de prévisibles prolongements des astuces légales. Gare à cet imprévisible démobilisé. Pour le contenir dans des limites acceptables, l'État multiplie les enquêtes, les procès, les sanctions. Heureusement pour les deux et pour le plus grand malheur de la civilisation, la théorie des dommages collatéraux se tient prête à lénifier les bavures et les sadismes. Cela, au moins, est à portée de main pour quiconque s'informe un tantinet. Mais la carrière à l . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Enregistrement