Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Nous offrons nos plus sincères condoléances à la famille et aux ami(e)s de Simon Roy, décédé le 15 octobre après avoir demandé l’aide médicale à mourir. Il était atteint depuis quelques années d’un terrible cancer au cerveau.

Simon Roy, professeur de littérature au Collège Lionel-Groulx, fait une entrée très remarquée en littérature avec Ma vie rouge Kubrick (Boréal, 2014 ; Prix des libraires). Ont suivi Owen Hopkins, Esquire (2016), Fait par un autre (2021) et Ma fin du monde (2022) « où il évoquait de façon vertigineuse sa propre mort, qu’il voyait approcher, en tentant de lui opposer tous les sortilèges de la fiction1 ».

« Me voilà donc un an après le diagnostic fatal. Toujours debout, fragile et chancelant, mais mordant dans la vie au point de me décider à commencer un nouveau livre dans mon genre hybride, pour me prouver que je suis toujours vivant et peut-être un peu pour mettre la mort à l’écart…2 »

« L’humanisme, la bonté et la compassion, qui émanent de ces pages, ont ici le dernier mot », écrit Jean-Paul Beaumier à propos de Ma fin du monde.

De 2011 à 2015, Simon Roy a signé d’excellents textes pour Nuit blanche et c’est à son initiative que le magazine devient partenaire du Prix littéraire des collégiens dont il a été l’un des organisateurs passionnés. Il a aussi cofondé le Prix collégial de cinéma québécois.

Merci pour tout, Simon.

Nb


1. Extrait du communiqué des Éditions du Boréal.
2. Ma fin du monde, Boréal, 2022.

Enregistrement