Rossel Vien

Rossel Vien

Oublié au Québec, méconnu au Manitoba

À l’heure où se prépare la réédition de Et fuir encore (Hurtubise HMH, 1972) aux éditions du Blé, il vaut la peine de ressusciter l’identité de Rossel Vien, alias Gilles Delaunière, alias Gilles Valais, historien, écrivain, journaliste et animateur de radio, qui fit une entrée remarquée en histoire et en littérature.

Russel Vien

Né Russel (avec un u) Vien à Roberval le 17 octobre 1929, de descendance montagnaise par sa mère (Alice Cleary), il est élevé sur la ferme paternelle et fait ses études primaires et le début de ses études classiques au Collège de Notre-Dame, qu’il poursuit comme pensionnaire au Séminaire des Clercs de Saint-Viateur à Joliette, puis au Noviciat Saint-Viateur, ayant décidé de devenir frère lai. Il termine son baccalauréat au Grand Séminaire de Montréal en 1952.

Mais en 1953, il rentre à Roberval, malade et épuisé, en proie . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 18 décembre 2019 à 12 h 05 | Mis à jour le 28 janvier 2020 à 10 h 49