Accueil > Entrevues > Vava : un V pour violente, un V pour Villemaire (entrevue)

Yolande Villemaire

Vava : un V pour violente, un V pour Villemaire (entrevue)

Yolande Villemaire en a marre qu'on la prenne pour folle. Elle n'avoue plus à tout venant sa foi en la réincarnation. Yolande Villemaire en a marre de n'être lue que par une poignée d'intellectuels. Elle a décidé de se mettre à l'écriture figurative. Vava est sorti en juin 1989 ; un V pour Violente, un V pour Villemaire.

Remplie de préjugés comme je le suis, je l'imaginais portant un cristal de quartz autour du cou, comme on imagine tous les férus d'ésotérisme. Elle arrive avec son attachée de presse, très élégante, petite jupe noire et cheveux tirés (le cristal est peut-être caché sous le chemisier), une autre tête que celle des photos. Elle est sur ses gardes, derrière ses dehors avenants. Pour un peu on dirait qu'elle se surveille, je sens chez elle comme une volonté de faire les choses bien comme il faut, de ne pas . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 9 juin 2003 à 10 h 10 | Mis à jour le 1 avril 2015 à 9 h 56