Accueil > Entrevues > Madeleine Gagnon, recréer la vie (entrevue)

Madeleine Gagnon

Madeleine Gagnon, recréer la vie (entrevue)

En 1986, le thème de la Rencontre québécoise internationale des écrivains était « La tentation autobiographique », tare héréditaire de l'écrivain pour d'aucuns, ou passage obligé, voire ferment de toute œuvre littéraire pour d'autres...

Nuit blanche : Dans la communication que vous avez prononcée à la quatorzième Rencontre québécoise internationale des écrivains, dont le thème était « La tentation autobiographique », vous avez dit que « la tentation autobiographique est d'abord et avant tout une question de désir, de passage vers l'autre ». Qu'entendiez-vous exactement par cette rencontre de « l'autre » ?

Madeleine Gagnon : Je voulais dire que ce qu'on entend circuler beaucoup comme cliché, sans blesser personne, c'est que, en pratiquant l'autobiographie, on serait plus narcissique que les autres. Je prétends qu'au contraire, on décolle du narcissisme, on décolle de son image quand on . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 6 juin 2003 à 10 h 26 | Mis à jour le 2 mars 2017 à 18 h 11