Michel Nadeau

Dies irae, dies illa (Regards-9)

MARTIN , BRIGITTE

C'est la nuit. Une religieuse arrive au Carré d'Youville. Un jeune homme est sur la muraille.

MARTIN – Aye, la burka ! Qu'est-ce tu fais là ?

BRIGITTE – Qui ça ? Qui m'appelle ?

MARTIN – Juste icitte. Check. Juste en haut du mur. Check la pleine lune, je suis juste devant.

BRIGITTE – Je vous vois mal.

MARTIN – Regarde, je descends quelque chose, tu mets ce que tu veux dedans.

BRIGITTE – Qu'est-ce que c'est ?

MARTIN – Une canne à pêche. Je pêche des poissons.

BRIGITTE – ?

MARTIN – Mets ce que tu veux. Envoye ! Ça a pas été bon aujourd'hui. Les jours de pleine lune, c'est jamais ben bon. Envoye donc ! C'est ton métier d'être bonne. Juste un peu d'argent pour un pauvre miséreux sans le sou qui se meurt de faim.

BRIGITTE – J'ai pas d'argent.

MARTIN – T'as pas d'argent !

BRIGITTE . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 29 mars 2008 à 0 h 32 | Mis à jour le 25 avril 2015 à 15 h 58