Accueil > Dossiers > Littératures du monde > Littérature équatorienne > Littérature équatorienne : Le début du XXIe siècle

Jorge Enrique Adoum, Gabriela Alemán, Carolina Andrade, Fernando Balseca, René Báez, Jenny Carrasco, Iván Carvajal, Viviana Cordero, Eliécer Cárdenas, José Donoso, Miguel Donoso-Pareja, César Dávila-Andrade, Iván Egüez, María Fernanda Espinosa, Ulises Estrella, Francisco Granizo, Efraín Jara-Hidrovo, Gustavo Alfredo Jácome, Margarita Lasso, Violeta Luna, Lucrecia Maldonado, Jaime Marchán, Alfredo Noriega, Iván Oñate, Julio Pazos, Javier Ponce-Cevallos, Francisco Proaño-Arandi, Raúl Pérez Torres, Aleida Quevedo, Marco Antonio Rodríguez, Huilo Ruales, Filoteo Samaniego, Raúl Serrano, Leopoldo Tobar, Abdón Ubidia, Leonardo Valencia, Raúl Vallejo, Humberto Vinueza, Javier Vásconez, Alicia Yánez Cossio

Littérature équatorienne : Le début du XXIe siècle

Trad. de l’espagnol (Équateur) par Claude Lara

Malgré ce qu'en pense un professeur de philosophie latino-américaine qui affirmait récemment à Paris que les littératures nationales n'existaient pas. Il n'y aurait pas de littérature française, ni tchèque, ni espagnole ; il y aurait uniquement de la bonne et de la mauvaise littérature.
La littérature est universelle, un point c'est tout, conclut l'intellectuel, catégorique.

Le professeur peut avoir raison, mais à l'heure d'étudier les œuvres littéraires dans le monde, on se frotte au fait incontestable que celles-ci furent créées par des hommes et des femmes qui sont nés et ont vécu dans un pays déterminé, dans un cadre géographique clairement délimité et dans un temps historique défini. On parlera de périodes et de courants. La qualification de « bonne » ou « mauvaise » littérature est laissée aux critiques et aux lecteurs qui, somme toute, sont les seuls à décider. Quand . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 3 février 2004 à 16 h 27 | Mis à jour le 14 mai 2015 à 11 h 02