Accueil > Dossiers > Littératures du monde > Littérature costaricienne > Carlos Francisco Monge : Autobiographies

Carlos Francisco Monge

Carlos Francisco Monge : Autobiographies

Parler de mes poèmes m'a toujours été difficile. Peut-être en raison d'un mélange de pudeur, d'étrangeté et de scepticisme. Au fond, celui qui écrit sait bien qu'il ne peut guère ajouter à ses créations : une fois publiées, elles appartiennent déjà à la volonté de leurs lecteurs.

La pudeur, je l'attribue à mon propre tempérament ; l'étrangeté vient de cette transformation d'éléments (il y a un instant intimes et secrets) en objets d'analyse et de curiosité ; et le scepticisme obéit au constat qu'il est rare de parvenir à orienter une possible lecture du travail du poète. Plus intéressante que l'écriture des poèmes est leur lecture : l'acte de la création est individuel et anecdotique ; la lecture, par contre, est répétition et phénomène social ; c'est comme la mémoire qui préserve les textes, tandis que l'écriture n'est qu'histoire, point de départ . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 29 juillet 2003 à 14 h 08 | Mis à jour le 24 avril 2015 à 12 h 34