Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > VISITEUR DU SOIR

Numéro 82

Kathleen O’Neal Gear, W. Michael Gear

VISITEUR DU SOIR

Trad. de l'anglais par Lucie Ranger
Flammarion, Paris, 2000
431 pages
26,95 $

Un roman policier dont l’action principale se déroule au Nouveau-Mexique en l’an 1150 avant J.C. et dont les protagonistes principaux sont des Anasazis aux prises avec un tueur en série, voilà qui n’est pas banal ! C’est pourtant ce qu’ont essayé de faire Kathleen O’Neal Gear et W. Michael Gear, deux archéologues, romanciers à l’occasion, qui ont réussi à captiver tout en instruisant un public international de millions de lecteurs avec leurs brillantes épopées sur les peuples précolombiens de l’Amérique du Nord. À quelques réserves près, ça donne un récit passionnant, coloré, plein de personnages et de situations où le pittoresque le dispute au dramatique. L’histoire se passe à deux époques éloignées dans le temps. L’archéologue Dusty Stewart effectue des fouilles au Nouveau-Mexique et fait la découverte d’un site de sépulture où sont ensevelis les cadavres de femmes et d’enfants au crâne fracassé. Il fait appel à Maureen Cole, docteur en anthropologie physique, pour résoudre l’énigme que pose cette découverte et cela malgré des relations interpersonnelles pour le moins explosives. Entre eux, elle la scientifique et lui l’intuitif, c’est un perpétuel rapport de force. Parallèlement, nous suivons les événements du passé, à l’époque des meurtres. Fureteur, le puissant chef guerrier des Katsinas, doit faire appel à Esprit du Roc, un vieillard fou aux pouvoirs magiques, pour mener la délicate enquête sur les meurtres en série.

La partie contemporaine du roman démarre de façon magistrale puis s’enlise tranquillement pour n’aboutir nulle part, laissant toute la place, ou presque, aux péripéties antiques, bien plus intéressantes. Les relations entre Dusty et Maureen évoluent pour le mieux, on s’en doute bien, mais ça n’est pas le cas de l’énigme du tueur dont visiblement ils ne savent que faire. Dans l’ensemble, ça reste un bon roman qui mêle très adroitement l’enquête criminelle et la recherche archéologique, une autre sorte de quête susceptible de fasciner de nombreux lecteurs peu familiers avec la culture des Anasazis.

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 6 janvier 2015 à 15 h 44