Accueil > Commentaires de lecture > Essai > VILAINES FEMMES

Numéro 164

Collectif

VILAINES FEMMES

UN RECUEIL DE TÉMOIGNAGES SUR CE QUE SIGNIFIE ÊTRE UNE FEMME AU XXIe SIÈCLE

Trad. de l’anglais par Felicia Mihali et Miruna Tarcau
Hashtag, Montréal, 2021
240 pages
23 $

L’injure « Vilaine femme » ou « Nasty woman », que Donald Trump avait adressée à Hillary Clinton lors de la campagne présidentielle américaine de 2016, est ici revendiquée comme un qualificatif positif.

Un collectif d’autrices refuse aussi l’épithète de « bonnes filles », car elles veulent tout simplement être ce qu’elles sont. Et en témoigner.

Dans la foulée des dénonciations d’abus sexuels en ligne, dont le #BalanceTonPorc en France, le#MeToo ou encore le #MoiAussi relancé de plus belle au Québec à l’été 2020, plusieurs autres mouvements de protestation sont nés sur la planète, dont, justement, l’ironique #Nastywoman ou « Vilaine femme ». Participantes à ce qu’il est convenu d’appeler la quatrième vague du féminisme, quinze femmes écossaises « blanches, noires, migrantes, sorcières, queer, artistes, musiciennes » luttent pour faire accepter leur identité, leur poids, leur handicap physique ou leur héritage familial. Tour à tour, elles racontent leur histoire, une manière bien à elles de dire qu’il est . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 9 novembre 2021 à 9 h 55 | Mis à jour le 3 novembre 2021 à 10 h 01