Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > TOUS LES NOMS QU’ILS DONNAIENT À DIEU

Numéro 164

Anjali Sachdeva

TOUS LES NOMS QU’ILS DONNAIENT À DIEU

Albin Michel, Paris, 2021
275 pages
34,95 $

Depuis longtemps, les ateliers d’écriture ont la cote aux États-Unis. Ils s’avèrent souvent le passage obligé pour les auteurs en quête d’une première publication, et la nouvelle y est encore considérée comme l’antichambre du roman. On ne se surprendra donc pas qu’on cherche à illustrer l’amplitude d’une voix, d’un style, la variété des thèmes abordés.

Tel nous paraît être le cas pour ce premier recueil de nouvelles d’Anjali Sachdeva, Tous les noms qu’ils donnaient à Dieu, qui vient de paraître en version française.

Le recueil débute avec une nouvelle, « Le monde la nuit », aux contours fantastiques. Le personnage de Sadia, dont les yeux tressautent lorsqu’elle est anxieuse, effraie les gens qui l’approchent. La nouvelle nous entraîne à sa suite dans une grotte où elle sème des bouts de tissu pour retrouver son chemin. Texte énigmatique, dans lequel s’abolissent les repères . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 9 novembre 2021 à 9 h 59 | Mis à jour le 5 novembre 2021 à 10 h 09